10/12/2010 15:41:39

L'E-bond s'imposera malgré les réticences, selon des économistes

LA CRÉATION D'UN "E-BOND" INÉLUCTABLE MALGRÉ L'OPPOSITION FRANCO-ALLEMANDE, ESTIMENT DES ÉCONOMISTES

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Malgré l'opposition affichée aujourd'hui par Berlin et Paris, la création d'obligations communes aux pays de la zone euro ("E-bonds") finira par s'imposer, surtout si la crise actuelle s'envenime, estiment des économistes.

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy refusent d'envisager dans l'immédiat la création de ces "E-bonds", en soulignant le risque de déresponsabilisation des Etats européens, mais le président français n'exclut pas d'y réfléchir dans le futur.

"Si un jour il y a davantage d'intégration et une politique économique beaucoup plus harmonisée, est-ce qu'on peut en reparler ? Peut-être. Mais en l'état actuel des choses, la position de la France est exactement la même que la position de l'Allemagne", a-t-il dit vendredi après le conseil des ministres franco-allemand de Fribourg.

La chancelière allemande a rejeté sans ambiguïté l'appel à créer ces obligations lancé cette semaine par le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker et le ministre italien des Finances Giulio Tremonti, en particulier car cela risquerait selon elle d'augmenter les coûts de financement de l'Allemagne.

Jean-Claude Juncker s'est malgré tout dit "convaincu que les obligations européennes pourraient être, et un jour seront, un instrument pour contrecarrer les mouvements irrationnels des marchés financiers", ce qu'estiment aussi plusieurs économistes.

"Je suis convaincu qu'on finira par le faire, c'est évidemment la solution la plus efficace", déclare ainsi Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, un groupe de réflexion français.

"Le 'feedback' (des autorités françaises, NDLR) et pour le moment négatif parce qu'on ne veut surtout pas déplaire aux Allemands, mais ça peut tout à fait basculer en cinq minutes", ajoute-t-il. "Tout le monde pense que c'est une bonne idée mais pour le moment ce n'est pas possible de la jouer."

"PAS DE TABOU EN FRANCE"

Frédéric Bonnevay, économiste de l'Institut Montaigne, un groupe de réflexion français, et auteur d'une étude sur les E-bonds, estime qu'ils sont "plus que jamais" nécessaires et pense que les Français n'y sont pas fondamentalement hostiles.

"Il n'y a pas de tabou en France comme il pourrait y en avoir en Allemagne sur ce sujet. J'ai certaines raisons de croire que l'Etat français regarderait ça avec intérêt", dit-il.

Au ministère des Finances français, on assure au contraire que le sujet n'est pas d'actualité.

L'économiste Jacques Delpla, qui plaide lui aussi pour les E-bonds, refuse de dire si les discussions sur le sujet avancent avec le gouvernement français, mais il estime que toutes les alternatives sont de toutes façons pires.

Pour leurs défenseurs, les E-bonds compléteraient l'union monétaire par un volet fiscal et permettraient aux pays les plus faibles de la zone euro de pouvoir à nouveau emprunter sur les marchés, qui exigent actuellement des primes rédhibitoires.

"Je ne vois pas de meilleure solution, donc je pense qu'il y aura quelque chose comme ça", déclare Jacques Delpla, membre du Conseil d'analyse économique rattaché au Premier ministre.

"Soit on reste sur la position actuelle et tout va exploser - les Allemands en auront marre de payer et les autres en auront marre de ne pas avoir accès au marché, on va vers l'éclatement, tous les pays faibles font défaut et partent de manière sauvage - soit il faut faire plus de fédéralisme", ajoute-t-il.

Selon une étude publiée vendredi par Goldman Sachs, les pays de la zone euro devront emprunter plus de 1.700 milliards d'euros en 2011 et près de 1.800 milliards en 2012.

A titre de comparaison, le Fonds européen de stabilité financière (FESF), qui doit soutenir les pays de la zone qui ne peuvent plus emprunter sur les marchés, dispose d'une capacité d'intervention de 440 milliards d'euros, qui peut être complétée par le Fonds monétaire international et la Commission européenne pour atteindre au total 750 milliards d'euros.

"DERNIÈRE CHANCE" ?

L'économiste Jacques Attali évoque "la dernière chance de l'Europe" dans une récente chronique sur son site internet.

"Il faut agir vite. Et pour cela, d'abord, comprendre que c'est pratiquement possible", écrit-il. "Il faut pour cela donner à l'Union européenne un nouveau budget, financé par une capacité d'emprunt et des impôts" et "créer un Trésor européen".

"Pour l'instant, les Allemands y sont très hostiles, convaincus que cela ne conduira qu'à plus de dette publique et de laxisme budgétaire chez les autres Européens. Il est urgent de leur faire comprendre que, tout au contraire, le fédéralisme budgétaire est la condition nécessaire à la survie de l'euro", poursuit l'ancien conseiller du président François Mitterrand.

En Allemagne, Peter Bofinger, un des principaux conseillers du gouvernement, s'est prononcé jeudi pour les E-bonds.

Les modalités diffèrent selon les propositions - faut-il commencer par l'Allemagne et la France ? Permettre aux pays de transférer leurs dettes passées ? Quelle différence avec les taux d'emprunt allemands ? - et les difficultés politiques liées aux contreparties en matière de surveillance, de sanctions et d'éventuelles pertes de souveraineté sont importantes.

Mais "je constate qu'on a déjà un Eurobond de façon implicite", ajoute Frédéric Bonnevay, à propos du FESF.

"Certes il est formulé négativement, certes il a un seuil de 440 milliards d'euros, mais une émission commune aux pays européens est déjà en place et commencera dès fin janvier, c'est donc un Eurobond, sans que ce soit nécessairement reconnu par les gouvernements", ajoute-t-il.

Edité par Yves Clarisse

Del

Post comment

Related debate

  • 1 week
  • 1 month
  • 1 Year
17 Jul
I:SP500
På verdensplan vil næsten ingen acceptere økonomisk tilbageholdenhed til fordel for klimaet. En mill..
16
18 Jul
 
Foranlediget lidt af debatten i den sidste uges tid, kommer her fredagsjoken: En investor her på EI..
15
04:43
GEN
Hmm. Det er med blandede følelser jeg for tid til anden følger med i Genmab trådende. Da Genmab s b..
13
17 Jul
I:SP500
Tøjindustrien står for 10 % af udslippet af klimagasser ifølge The Angry Clean Energy Guy. Det er me..
13
17 Jul
 
Jeg er kvinde på 75 år og har haft afdragsfrit lån i 10 år. Min tidligere bankrådgiver, som vdste mi..
12
16 Jul
VELO
At der er nogle som hiver lidt gevinst hjem. Fred være med det. Velo skal op i en helt anden kurs, n..
12
15 Jul
BAVA
Tænk engang, med alt det du skriver om Bavarian og ebola vaccinen, så skulle man tro, at du bare ved..
12
18 Jul
VELO
Jeg havde ligeledes håbet der var mulighed for at supplere lidt længere nede, men nu hedder det nok ..
11
15 Jul
VELO
At optimisme er et advarselstegn er da hul i hovedet. Det kommer an på hvad optimismen bunder i. For..
11
20 Jul
TEVA
Henningmaria: Casen omkring Teva har ikke ændret sig fundamentalt blot folks følelser pga verserende..
10

#

EuroInvestor: In Focus
#

#

EuroInvestor: In Focus
#

#

EuroInvestor: In Focus
#

Most read news

  • 24 hours
  • 48 hours
  • 1 week
1
3,000 People Join Together to Countdown the Lunar Descent for Apollo's 50th Anniversary at the Cradle of Aviation Museum

Copyright Berlingske Media 2019  Cookie- and Privacy policy  |  Cookies  |   General terms of trade  |   Terms of use and IP rights
Quote information is delivered by Morningstar.
Data is delayed 15-20 minutes according to the distribution agreements set by the different exchanges.
 
21 July 2019 18:49:43
(UTC+00:00) Dublin, Edinburgh, Lisbon, London
Version: LiveBranchBuild_20190703.1 - EUROWEB1 - 2019-07-21 19:49:43 - 2019-07-21 18:49:43 - 1000 - Website: OKAY